Nous regardons la réalité en face parce qu'on ne peut pas s'en empêcher.

27-02-2018: Nous regardons la réalité en face parce qu'on ne peut pas s'en empêcher.

continuer
27-02-2018: Nous regardons la réalité en face parce qu'on ne peut pas s'en empêcher.
fermer

Une aide concrète

Depuis 1936, le Secours d’hiver s’occupe de personnes touchées par la pauvreté en Suisse qui vivent en dessous du minimun vital jugé acceptable. La Suisse a l’un des niveaux de vie les plus élevés du monde. Sécurité publique, services sociaux bien en place, prospérité visible en tous lieux montrent à quel point nous nous portons bien. Mais la pauvreté existe. En Suisse aussi. La pauvreté est souvent silencieuse et n’est pas visible au premier regard. La pauvreté, c’est un retraité qui, pour des raisons financières, doit renoncer à un traitement dentaire urgent ou encore une mère de quatre enfants, qui n’a pas les moyens de faire réparer le vélo de son ainé. Pour toutes les personnes qui ne savent plus quoi faire, les organisations cantonales et régionales du Secours d’hiver offrent une aide ponctuelle afin de leur éviter de tomber à l’aide sociale. Chaque demande est soigneusement examinée par nos secrétariats. Veuillez noter que le secrétariat central du Secours suisse d’hiver n’offre pas d’aide d’urgence. Pour toute demande urgente, veuillez vous adresser au secrétariat du Secours d’hiver du canton de domicile du demandeur d’aide. Si la situation financière le permet, le Secours d’hiver soutient des projets émanant d'organisations reconnues d'utilité publique qui correspondent aux objectifs du Secours d’hiver.

Une personne en détresse financière n’ose pas toujours demander de l’aide. Il suffit souvent de peu pour surmonter une situation difficile.

Aide à l’autonomie

La séparation avec son mari peu fiable qui souffre d’un problème d’alcool a été un soulagement pour Madame R., mais elle s’est retrouvée devant un défi de taille. Pour financer son entretien et celui de son fils Jonas (7 ans), la trentenaire sans formation a dû prendre deux emplois. Femme de ménage le matin et serveuse le soir. Parallèlement, Mme R. a commencé une formation continue dans le domaine commercial. Le Secours d’hiver a pris en charge une partie des coûts de formation et aujourd’hui, grâce à son CFC d’employée de commerce, Mme R. peut voler de ses propres ailes et a plus de temps à consacrer à Jonas. Reconnaissante du soutien du Secours d’hiver, la petite famille voit l’avenir avec confiance.

La santé coûte cher

Monsieur S., père de trois enfants, qui a vécu des moments difficiles, est accablé de dettes. Le bien de ses enfants a toujours été prioritaire, tant pour lui que pour sa femme. À leur détriment, car cela a engendré de fâcheuses répercussions. Monsieur S. ne pouvait se permettre d’aller chez le dentiste, cela fait 15 ans qu’il n’y était pas allé et son dentier est dans un état désastreux. Il en a honte et n’ose plus se montrer. Pour des raisons d’hygiène, son employeur lui demande de réparer son dentier. Le Secours d’hiver a pris le montant de 950 francs à sa charge. Monsieur S. écrit: «J’aimerais vous exprimer toute ma gratitude, vous nous avez redonné de la force et je peux à nouveau apprécier la vie».

Encouragement des activités extrascolaires des enfants

Madame B. est seule à élever ses trois enfants. Sa fille aimerait bien faire du judo. Dans le cadre de son programme d’encouragement des activités extrascolaires des enfants, le Secours d’hiver a pris en charge les frais de cours de 250 francs. Le sentiment «d’en faire partie» a augmenté la confiance de la fillette et le sport est un bon contrepoids à l’école. 

Un colis de vêtements du Secours d’hiver

Monsieur M., 37 ans, a vécu des moments très difficiles. Il arrive tout juste à se maintenir à flot avec son job à mi-temps. À ses problèmes financiers s’ajoutent des problèmes de santé: il est en surcharge pondérale et vit isolé de tous. Avec l’aide de son médecin, Monsieur M. a considérablement perdu du poids, ce qui lui a permis de retrouver confiance en lui. Mais il a besoin de nouveaux vêtements. Le Secours d’hiver a pris en charge les coûts de sa nouvelle garde-robe sous forme d’un gros colis de vêtements ainsi que de bons d’achat.

Enfin un lit à soi

La famille de six personnes — les parents travaillent à temps partiel — perd son appartement bon marché parce que le propriétaire a résilié leur bail pour usage personnel. Par chance, ils trouvent un nouvel appartement, mais le loyer plus élevé grève le budget familial. Les deux ainées ont besoin d’un nouveau lit, mais l’argent manque. Une connaissance de la famille leur parle des prestations du Secours d’hiver. Ils ont surmonté leur fierté et demandé de l’aide. Le Secours d’hiver a offert un lit à étages aux deux ainées.

Des factures imprévues pèsent lourd

La famille de trois personnes est un exemple typique d’une famille de travailleurs pauvres. La mère s’occupe de son enfant en bas âge et le père travaille comme manœuvre. Il gagne à peine 3 500 francs par mois. Ce revenu suffit à peine pour subvenir à l’essentiel et ne leur permet ni de faire des économies ni même une petite excursion. La famille n’a pas les moyens de payer la facture des charges locatives et de chauffage de plus de 722 francs. Pour éviter à la famille de s’endetter, le Secours d’hiver a réglé la facture.

fermer

Grandir en toute insouciance. Nous y contribuons.

01-03-2018: Les enfants souffrent particulièrement de la pauvreté de leurs parents. Nous soutenons la future génération et contribuons à ce qu’elle ait une enfance plus heureuse.

continuer
01-03-2018: Grandir en toute insouciance. Nous y contribuons.
fermer

Le Secours d'hiver pour les enfants

Selon l’office fédéral de la statistique, presque 73 000 enfants de moins de 18 ans sont pauvres et 234 000 enfants sont exposés au risque de pauvreté. Ces chiffres nous touchent et nous forcent à agir, car les enfants qui grandissent dans la pauvreté, risquent de ne pas y échapper. Soutenir les familles touchées par la pauvreté avec des offres ciblées est une des préoccupations majeures du Secours d’hiver. Les enfants devraient pouvoir se développer le mieux possible, et ce indépendamment des moyens financiers de leurs parents. Grâce au dense réseau d’antennes régionales du Secours d’hiver, nous sommes accessibles partout en Suisse, à toute personne qui doit faire face à une urgence financière. Si nécessaire, nous apportons une aide dès le plus jeune âge, avec diverses offres et veillons à ce que des personnes plus jeunes, ont aussi le droit à une chance d’avoir une meilleure vie. Le Secours d’hiver est une association et dépend de ce fait des dons de la population. Merci de nous soutenirExemples de soutien.

Encourager les activités extrascolaires des enfants 

En janvier 2012, le Secours d’hiver et la fondation Roger Federer ont noué un partenariat pour créer un programme d’aide pour les enfants défavorisés en Suisse qui n’ont pas les moyens de prendre part à des activités extrascolaires. Cette initiative veut empêcher l’isolation sociale des enfants touchés par la pauvreté. L’activité adaptée à l’enfant doit lui permettre de développer sa personnalité, et l’aider à s’intégrer socialement. Les demandes d’aide pour l’encouragement des activités extrascolaires des enfants sont à déposer au Secours d’hiver du canton de domicile du requérant. 

Fournitures scolaires pour tous

L’année scolaire commencera dans quelques mois et beaucoup d’enfants auront besoin d’un nouveau cartable. L’achat d’un nouveau cartable représente souvent un défi de taille pour les parents qui ont un budget très serré. C’est pourquoi, dans plusieurs cantons, le Secours d’hiver offre la possibilité aux familles touchées par la pauvreté de bénéficier de fournitures scolaires. Vous trouverez des informations plus détaillées dans le Secours d’hiver concerné de votre canton de domicile.

fermer

Tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter un lit. Ou un pantalon.

27-02-2018: C'est pourquoi, depuis notre fondation, nous fournissons une aide pratique avec un soutien en nature. Il s'agit notamment de lits, de vêtements, de matériel scolaire et de nourriture.

continuer
27-02-2018: Tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter un lit. Ou un pantalon.
fermer

Nos lits sont très demandés. Au cours de l'exercice écoulé, notre chauffeur a livré près de mille lits sommaires, mais robustes dans toute la Suisse. Y compris les matelas, les couvertures, les oreillers et le linge de lit. Le Secours d’hiver fournit des lits pour adultes ainsi que des lits superposés et des lits pour enfants. Tout ce qui est nécessaire est fourni: du cadre de lit à son contenu en passant par le matelas. Les cadres de lit et de haute qualité sont fabriqués en Suisse. Le linge de lit en coton est produit en Europe et le fournisseur du Secours d’hiver livre les lits et la literie jusqu'à la porte de l'appartement. Si vous avez besoin d'un lit pour vous-même, votre nouveau-né ou vos enfants plus âgés et que vous n'en avez pas les moyens, veuillez contacter le Secours d’hiver de votre région. La demande peut également être soumise par une institution privée, un organisme officiel ou des tiers.

Veuillez adresser votre demande au Secours d’hiver compétent de votre canton de résidence. L'adresse se trouve sous > Régions.

 

fermer

2017 nous avons soutenu plus de 32000 personnes

01-03-2018: Durant sa 81e année d’existence aussi, le Secours d’hiver a rempli sa mission en toute discrétion. Ce qui caractérise notre organisation, c’est que nous travaillons efficacement et que nous sommes là pour les personnes dans le besoin en Suisse.

continuer
01-03-2018: 2017 nous avons soutenu plus de 32000 personnes
fermer

Nos clients ont une chose en commun: ce sont toutes des personnes dont le revenu avoisine le revenu minimum, soit 2'239 francs par mois pour une personne seule et 3'984 francs pour un ménage de deux adultes avec enfants. Ils font partie des 570'000 personnes touchées par la pauvreté en matière de revenu et qui ont une histoire et un mode de vie les plus divers, mais qui ont une chose en commun: dans l’urgence, ils nous ont tous fait confiance et ont compté sur nous. Nous vous en remercions! Car c’est le devoir du Secours d’hiver de soutenir les personnes en difficulté, de leur tendre la main pour éviter qu’ils ne perdent pied.

Le nombre de demandes de prestations du Secours d’hiver a fortement augmenté ces dernières années. Grâce à la grande solidarité de la population qui reflète une entrée de dons stable et grâce à l’engagement de partenaires comme Migros, nous avons pu maintenir le rythme et développer les prestations du Secours d’hiver en aidant par exemple 388 personnes qui se sont retrouvées dans une situation financière difficile à cause des coûts liés à la santé (année précédente: 60 cas). Vous en apprendrez plus à ce sujet à partir de la page 6.

C’est aussi grâce à nos collaboratrices et collaborateurs dans toute la Suisse qui accomplissent des tâches - la plupart bénévolement -  avec ferveur et passion qui contribuent un peu à rendre le monde meilleur que le Secours d’hiver arrive à maintenir son cap.

fermer

Nous sommes là pour vous. Depuis 82 ans.

01-03-2018: Le Secours d’hiver existe depuis 1936. Performant. Enraciné dans les régions. Accessible et cordial. Une organisation avec une tradition et une histoire.

continuer
01-03-2018: Nous sommes là pour vous. Depuis 82 ans.
fermer

L’histoire du Secours suisse d’hiver

Le Secours suisse d’hiver a été créé dans le contexte de la crise économique des années 1930. Les conséquences de cette crise mondiale ont atteint leur apogée en Suisse en hiver 1935/36. Plus de 100 000 personnes, la plupart en bonne santé, étaient au chômage. Pour la population, cette situation dramatique sur le plan économique a incité la Confédération à étendre la caisse de chômage qui existait déjà en ce temps-là.

Cependant, il y avait de grandes différences entre les prestations, car les caisses n’étaient pas réglementées au niveau national, mais au niveau régional, voire au niveau communal. C’est surtout durant les mois d’hiver que la détresse financière se faisait sentir, quand il fallait investir des moyens supplémentaires pour le combustible de chauffage, des bonnes chaussures, des vêtements d’hiver ou pour des fruits et des légumes, qui devenaient de plus en plus chers. 

Pour la plupart des personnes concernées, c’était une question de survie: le danger de mourir de froid ou de faim était présent. De plus, la population risquait de subir des dommages durables en raison d'une alimentation insuffisante. Pour la Confédération, les cantons et les services sociaux publics et privés, il était évident qu’une «vaste action pour venir en aide aux victimes de la crise économique» devait être menée de toute urgence. Des personnalités reconnues issues des milieux de l’économie, de l’industrie et de la politique ont fondé le «Secours suisse d’hiver pour les chômeurs», dont l’objectif de base était de fonder un comité d’organisation qui avait pour tâche d’organiser une collecte sous le nom de «Secours suisse d’hiver pour les chômeurs». La durée de l’action était alors limitée à sept jours, durant lesquels des insignes ont été vendus et des denrées alimentaires et de l’argent ont été collectés. Cette action a permis de récolter une somme extraordinaire pour l’époque: 1,1 million de francs qui ont permis d’aider beaucoup de familles et surtout des personnes âgées seules pendant l’hiver. Après cette action, le comité d’organisation voulait se dissoudre. Ce n’est qu’au cours de la séance du comité d’organisation du 23 octobre 1936, que le président du comité, le conseiller national Fritz Wüthrich, a proposé de «remplacer juridiquement le comité d’organisation par une association». Par conséquent, les statuts ont été définis. Cette association politiquement et confessionnellement neutre a été fondée au cours de cette séance à Zurich et a mis en place d’autres collectes de dons en espèces et en nature.

L’Aide du Secours d’hiver durant la Seconde Guerre mondiale

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la collecte a été organisée avec l’œuvre d’assistance en temps de guerre, sous le nom de «Secours d’hiver en temps de guerre». Cette collecte, organisée pour la première fois dans tous les cantons, a permis de récolter la somme record de 3.1 millions de francs en 1941. En plus de l’aide transitoire pour pallier les aléas de la crise, la pauvreté engendrée par la guerre s’y est ajoutée. À la demande des autorités, le Secours d’hiver a pris des mesures d’assistance sociale en temps de guerre (aides pour compenser le renchérissement, actions de réduction de prix). Dès lors, l’aide n’est plus restreinte aux mois «d’hiver», elle est accordée toute l’année. De 1936 à 1945, le revenu annuel de beaucoup de familles ayant cinq enfants et plus se situait entre 1 500 et 2 000 francs. Un grand nombre de ces familles vivaient dans des conditions de vie précaires, avec une modestie et une économie remarquable, pour ne pas être obligées de dépendre de l’assistance publique (le service social de nos jours), ce qui, dans les yeux de beaucoup d’entre elles aurait été encore plus difficile et plus dégradant. Si un père de famille n’avait plus de revenus, ni d’économies, le Secours d’hiver offrait son aide en distribuant prioritairement du combustible de chauffage (charbon, bois, mazout), ainsi que les vêtements et les bottes d’hiver. Durant cette période, ce sont les habitants des grandes villes qui ont le plus souffert de la rigueur de l’hiver. Ainsi, des bons spéciaux leur permettaient d’acheter du pain, du lait, des pommes de terre, des fruits, du sel, du sucre, de l’huile, des combustibles et des textiles. Dans le canton de Schwyz, le Secours d’hiver permettait aux pères de famille au chômage d’acheter des plants de pommes de terre aux mêmes conditions que les paysans de montagnes soutenus par la Confédération et par leur canton. À Bâle, le Secours d’hiver a distribué plus d’un million de kilos de pommes de terre et 400 000 kilos de fruits et de légumes secs. Environ 21 000 personnes ont bénéficié de cette action de soutien, c’est-à-dire un peu plus de 12 % de la population du canton. De plus, les futures mères et des mères allaitantes recevaient gratuitement de l’Ovomaltine et des sardines pour compenser le manque de sels minéraux et de graisses. En outre, elles avaient droit à des draps et des couches. Dans le canton du Jura, les soupes populaires et les laiteries ont bénéficié d’une importante contribution. Parce que le lait était rationné, des comprimés vitaminiques ont été distribués pour prévenir les carences, surtout chez les enfants. Pendant la guerre, l’œuvre d'assistance en temps de guerre par le biais du Secours d’hiver, distribuaient gratuitement ou à bas prix des étoffes pour pantalons (pour hommes et garçons), des chemises, des draps, des survêtements et des couvertures en laine à la population. Le Secours d’hiver aidait en premier lieu avec des produits en nature, mais en cas de besoin avéré, des aides financières ont aussi été octroyées, notamment pour payer le loyer, des lunettes ou des mesures de reconversion professionnelle.

Le Secours d’hiver et son rôle jusqu’à nos jours

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, l’activité principale du Secours suisse d’hiver est toujours d’offrir une aide d’urgence ciblée, sous forme d’argent ou de prestations en nature (aliments, vêtements, combustibles de chauffage, lits, machines à coudre). On tenait compte des situations de détresse des familles, mais aussi d’individus, causées soit par la maladie, le chômage, un revenu insuffisant, une retraite trop juste, un divorce, un père absent, une catastrophe naturelle ou un incendie. Outre l’aide transitoire, quelques organisations cantonales ont également soutenu des mesures de formation, de consultation ou d’activités orientées vers la prévention (postes de consultants de familles, des cours de ménage pour des femmes de ménage et pour des mères, médiation de travail à domicile, des bourses pour mères célibataires). Le Secours suisse d’hiver part du principe de subsidiarité. Il intervient uniquement quand l’aide des institutions publiques ou privées existantes ne peut pas être revendiquée, voire insuffisante. Au fil des ans, la tâche du réseau d’aide a changé. Aujourd’hui, il ne s’agit que rarement de survie; le citoyen est prémuni contre les risques du métier, de l’âge et de la maladie par des assurances obligatoires. Mais il existe toujours une population importante contrainte de vivre au-dessus ou au seuil de l’existence minimum. Le XXIe siècle connaît aussi des crises économiques dont les conséquences ont contribué à ce que le nombre de personnes qui ont des revenus insuffisants et qui vivent dans la précarité augmente. Ces personnes ne peuvent pas assurer leurs besoins fondamentaux et sont en grande partie exclues de la vie sociale. C’est surtout sur ces populations-là que le Secours d’hiver se concentre.

L’importance des vestiaires sociaux du Secours d’hiver

Le premier vestiaire social du Secours d’hiver a ouvert ses portes en 1937 à Zurich. Durant les premières années, 44 396 vêtements ont été distribués à 8 230 personnes. Au fil des ans, les vestiaires sociaux sont devenus une véritable institution au sein du Secours d’hiver dans la plupart des cantons, de même que leurs traditionnelles collectes de vêtements. On y cousait et l’on y raccommodait des vêtements et des cours de couture y ont été donnés. Dix jours par an, les agricultrices de l’Oberland bernois pouvaient profiter du savoir-faire d’une couturière, qui se rendait à leur domicile pour adapter du linge et des vêtements, provenant pour la plupart de Unterland, aux besoins de la population rurale. Ou encore, elles aidaient à raccommoder et à fabriquer des vêtements de travail. En poursuivant cette tradition, le vestiaire social de Bâle organisait des soirées de couture jusqu’en 1999, où des mères de famille pouvaient reprendre et modifier leurs robes. Cette prestation a été abandonnée quand la responsable du vestiaire social a pris sa retraite. À Zurich, le dernier vestiaire social a fermé ses portes fin 2000.

Secours d’hiver cantonaux, recherche de fonds, affiches et étoiles

Le Secours suisse d’hiver est fortement ancré à l’échelle régionale, organisé de manière décentralisée. Depuis leur existence, les comités cantonaux et locaux avec l’engagement de leurs collaborateurs bénévoles s’occupent en grande partie de l’acquisition de fonds et de leur utilisation. Depuis la révision de statuts au milieu des années 1990, les organisations cantonales sont juridiquement indépendantes. Actuellement, les moyens du Secours d’hiver proviennent principalement de dons (en espèces et en nature) des recettes des ventes ou de collectes (étoiles de Noël, insignes) de legs et de donations. De plus, le Secours d’hiver est connu pour ses affiches qui, tous les ans, sont conçues par de jeunes artistes. Sa traditionnelle collecte d’automne, qui est généralement menée à la fin du mois d’octobre, a pour objectif d’attirer l’attention de la population sur son travail qui est de combattre la pauvreté dans tout le pays et de sensibiliser la population sur la pauvreté en Suisse. Le Secours d’hiver est resté fidèle à son concept et a également reçu de nombreuses distinctions pour ses affiches. 

fermer

Nous ne pouvons pas accomplir notre tâche sans votre aide.

01-03-2018: Nos prestations sont financées à 100 % par des dons. Rejoignez-nous et aidez-nous à remplir notre mission et à atténuer les situations de détresse - généralement peu visibles- en Suisse.

continuer
01-03-2018: Nous ne pouvons pas accomplir notre tâche sans votre aide.
fermer

C'est simple de faire un don

Le plus simple via notre portail de dons.

Comment aider?

Dons au Secours d’hiver

 

Trois fois par année, le Secours suisse d’hiver lance un appel aux dons en envoyant son Bulletin. De plus, au mois de novembre, les donatrices et donateurs futurs et existants reçoivent une étoile de Noël. À cela, s’ajoutent des appels de soutien saisonniers. Avec l’argent récolté, le Secours suisse d’hiver réalise des projets comme l’aide vêtements et permet d’effectuer des paiements directs aux secrétariats. Une partie de cet argent sert également à financer les activités du Secours suisse d’hiver. Les attestations de dons pour la déclaration d’impôts sont envoyées en janvier. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter, par courriel ou par téléphone au 044 296 40 50.

Dons d’entreprise

 

Vous cherchez un partenaire fiable pour votre programme de dons paritaires du personnel? Aimeriez-vous soutenir le Secours d’hiver au lieu d’offrir des cadeaux d’entreprise à vos clients? Avez-vous d’autres idées en ce qui concerne une collaboration de votre entreprise avec le Secours suisse d’hiver? Nous vous informons volontiers sur les possibilités et les limites d’une telle collaboration.

Aider au-delà de la mort

 

Vous aimeriez transmettre quelque chose au-delà de la mort? Si vous comptez laisser un héritage ou un legs au Secours d’hiver, il y a certains aspects juridiques à observer. Vous trouverez des informations dans l’aide-mémoire Legs de la fondation ZEWO. Si vous avez des questions, nous nous tenons à votre disposition pour un entretien en toute confiance. Le plus simple est de nous contacter par téléphone 044 269 40 50 ou par courriel (info@secours-d-hiver.ch).

Offrir de l’aide

 

Vous planifiez d’organiser une fête? Vous ne voulez pas de cadeaux, mais aimeriez plutôt aider une personne qui doit se priver de beaucoup de choses? Aidez-nous, avec un don en faveur de personnes dans le besoin à atténuer la pauvreté en Suisse. Nous vous enverrons volontiers un ou plusieurs bulletins de versement.

Donation de deuil

 

Il est souvent stipulé dans les annonces mortuaires, qu’en lieu et place de fleurs, de faire un don de condoléances à une organisation d’utilité publique. Nous vous envoyons volontiers des bulletins de versement. Merci d’indiquer le nom de la personne décédée ainsi que l'adresse de la famille sur le bulletin de versement afin que nous puissions informer la famille des dons reçus.

Dons à affectation déterminée

 

Aimeriez-vous affecter un montant à un projet du Secours d’hiver, à un groupe de population déterminé ou à une région spécifique? Dans ce cas, vous pouvez effectuer un don à affectation déterminée. Vous pouvez consulter les modalités d’application et les conditions dans l’aide-mémoire dons à affectation déterminée. Le Secours d’hiver conformément aux recommandations de la fondation ZEWO renonce aux parrainages individuels pour familles ou enfants touchés par la pauvreté. En ce qui concerne les dons à affectation déterminée, il est conseillé de nous consulter afin d’assurer votre don soit attribué selon vos attentes. Si vous voulez effectuer un don dans votre région, vous pouvez vous adresser en tout temps au secrétariat du Secours d’hiver de votre canton. 

fermer

Un filet de secours en cas d’urgence.

27-02-2018: Une facture inattendue peut mettre la vie des personnes qui vivent du minimum vital en Suisse à rude épreuve. Nous les aidons.

continuer
27-02-2018: Un filet de secours en cas d’urgence.
fermer

Mais parfois cela ne suffit pas.

« Vous m'avez sortie d'une situation désespérée. Merci. Pour moi, c'était déjà important que je me sente prise au sérieux », nous a écrit une jeune mère seule à élever ses enfants. La femme travaille à mi-temps. Même avec la pension alimentaire des enfants, le revenu est à peine suffisant pour vivre. Pour économiser, elle a choisi de prendre la franchise de l’assurance maladie la plus élevée. Malheureusement, elle tombe malade et doit suivre un traitement médical. Elle ne peut pas réunir l'argent pour la participation. Ici, nous intervenons et prenons en charge une facture de 350 francs. Pendant la consultation, il en ressort que les enfants aimeraient suivre un cours de sport. Ici aussi, nous pouvons soutenir la famille. En cas d'urgence due à des dépenses imprévues (p. ex. coûts de santé, charges locatives), nous pouvons vous aider.

Contactez le Secours d’hiver de votre canton de résidence > Régions.

fermer

Le Birnel du Secours d’hiver.

01-03-2018: En achetant du Birnel du Secours d’hiver, vous soutenez le travail du Secours d’hiver.

continuer
01-03-2018: Le Birnel du Secours d’hiver.
fermer

La Birnel a bon goût et aide.

Vous ne connaissez pas encore le Birnel du Secours d’hiver ? Nous serons heureux de vous envoyer un échantillon. Écrivez-nous un courriel en stipulant « échantillon de Birnel » dans l’objet. Le Birnel est un produit naturel suisse de haute qualité obtenu exclusivement à partir de poires d'arbres à hautes tiges. Grâce à la production de Birnel, ces grands arbres, lieux de nidification et source conséquente d'alimentation pour les oiseaux et les insectes, ne sont pas abattus. C'est pourquoi le produit porte également le label « Bird Life ». Birnel est disponible dans nos points de vente ou chez nous, à la Clausiusstrasse 45, 8006 Zurich. Vous souhaitez commander plus de 80 kilos de Birnel ? 

Birnel - la générosité de la nature à un prix modeste

Birnel est vendu tout au long de l'année dans les emballages suivants: distributeurs de 250 g, verres de  1 kg, bidons de 5kg, bidons de 12,5 kg. Pour des informations supplémentaires, veuillez vous adresser au Secrétariat central, Clausiusstrasse 45, 8006 Zurich, tél. 044 269 40 50. 

Points de vente régionaux

Formulaire de commande pour plus de 80 Kilo

Birnel entièrement naturel (conventionnel):
Nombre de cartons (15 dispenser de 250 g / 1 dispenser Fr. 3.65)
Nombre de cartons (12 verres de 500 g / 1 verre Fr. 5.70)
Nombre de cartons (12 verres de 1 kg / 1 verre Fr. 9.30)
Nombre de bidons de 5.0 kg (Fr. 42.40)
Nombre de bidons de 12.5 kg (Fr. 99.40)
Birnel certifié Bourgeon:
Nombre de cartons (15 dispenser de 250 g / 1 dispenser Fr. 4.10)
Nombre de cartons (12 verres de 500 g / 1 verre Fr. 7.20)
Nombre de cartons (12 verres de 1 kg / 1 verre Fr. 11.00)
Nombre de bidons de 5.0kg (Fr. 51.30)
Nombre de bidons de 12.5kg (Fr. 125.00)
Brochures contenant des recettes
 Adresse pour livraison:
Entreprise
Nom
Prénom
Rue/CP
NPA
Lieu
Téléphone
Courriel
Adresse pour facturation(à remplir que si elle n'est pas identique à l'adresse de livraison)
Entreprise
Nom
Prénom
Rue/CP
NPA
Lieu
Téléphone
Courriel
Remarque:
 Veuillez m’envoyer un échantillon de birnel s.v.p.

fermer

Vous voulez aider et avez une idée ? Parlez-nous-en.

01-03-2018: Vous souhaitez lancer un projet social ou mettre en place un projet de cagnotte de dons dans votre entreprise ? Le Secours d’hiver est un partenaire fiable.

continuer
01-03-2018: Vous voulez aider et avez une idée ? Parlez-nous-en.
fermer

Ensemble, nous pouvons faire beaucoup de choses.

Nous disposons d’un grand réseau. Nos secrétariats dans les cantons et les régions travaillent en étroite collaboration avec diverses institutions (p. ex. centres et services sociaux). Nous pouvons également compter sur des partenariats à long terme, sans lesquels nous ne pourrions que difficilement atteindre nos objectifs. Nous sommes également ouverts pour des projets ponctuels. Écrivez-nous un courriel ou appelez-nous (044 269 40 40 50).

fermer